Tous les articles

Madame Incontinence : je vous ai comprise !

dfree-incontinence-comprendre

Vous…Oui vous là qui vous cachez derrière votre écran en quête d’informations sur l’incontinence urinaire et qui n’osez en parler à personne. Vous tombez bien. C’est à vous principalement que cet article de blog s’adresse. Si vous avez atterri sur ce site, c’est que visiblement vous avez  fait le plus dur pour comprendre ce qui vous arrive et mener votre problème d’une main de maître.

Incontinent? Moi? Jamais!

Ce que vous pensiez impossible vient de se produire. Vous avez perdu le contrôle de votre vessie. Bon d’accord, c’est la quatrième fois. La première, vous l’aviez rangé sous l’étiquette du malheureux hasard sans plus jamais y penser. La seconde, sous la coupe d’une journée où vous aviez pris beaucoup trop de café. La troisième, c’était la faute aux toilettes. Mais pourquoi diable étaient-elles si loin ? Pourtant cette fois-ci, le doute n’est plus permis. Le déni non plus. Vous vous rendez compte que l’incontinence urinaire est vraiment en train de vous tomber dessus.

Ne pas prendre la mesure de ce qui vous arrive est une réaction psychologique de défense somme toute normale. Ne pas vouloir en parler et garder ça pour vous, aussi. Nous le savons, il vous faut déjà vous débattre avec beaucoup d’émotions qui vous assaillent : la surprise d’abord. L’inquiétude ensuite. Et la gêne surtout. Et ce n’est pas une mince à faire ! Rassurez-vous, le simple fait de vous l’avouer est le premier pas vers un mieux être. Et vous l’avez accompli.

Journal de bord de ma Vessie

Une fois le lot d’émotions digéré, comprendre un peu mieux ce qui vous arrive est la réaction que vous allez ensuite naturellement adopter. Car vous êtes un être de raison et que l’être humain aime mathématiser le réel, même s’il s’agit d ‘un sujet primitif : votre cycle d’urination. Comme pour la fièvre, prenez la température de votre problème en établissant un « journal de la vessie ». Basique mais efficace.

Vous pouvez vous inspirer des « journaux de miction » de ce type. Ce sont ceux qu’utilisent les urologues. S’ils vous paraissent trop lourds à mettre en place, optez pour une version allégée. Consignez sur votre smartphone pour les modernes, ou sur papier pour les anciens, ces éléments dans un tableau à trois entrées :

  • La fréquence. Une fois, deux fois ou dix fois. Toutes les 2 minutes 2 heures ou 2 jours. Transcrivez tout.
  • La capacité d’accumulation de la vessie. Mesurez le volume sur une journée ou idéalement deux. Munissez vous d’une petite tasse ou d’un récipient gradué qui vous convienne.
  • La capacité d’évacuation de la vessie. C’est la donnée la plus difficile à auto-évaluer. Pour cela, il vous faudra prendre un médecin.

Toutes ces données vous permettront, comme le vieux sage de mieux vous connaître vous même et de surtout percevoir, les changements de rythme de votre cycle d’urination.

Direction Urologue

Avec toutes ces données sous le bras, la prochaine étape de votre parcours est de consulter un spécialiste. Ça fait des mois que vous freinez des quatre fers. Mais il existe de nombreuses causes liées à l’incontinence et vous ne pouvez pas les deviner seul. Ni les traiter seuls. Faites-nous confiance, vous en sortirez grandement soulagé. Bon d’accord… Mais quand consulter exactement ? Si vous rencontrez l’une des situations suivantes, prenez rendez-vous, dès la fin de l’article :

  • Je me réveille tout le temps pour aller aux toilettes la nuit.
  • Je me rends aux toilettes plus souvent qu’auparavant.
  • J’ai des pertes nocturnes.
  • J’ai la sensation de ne pas évacuer toutes mes urines.
  • J’ai une infection urinaire.
  • J’ai des envies urgentes alors que ma vessie est vide.
  • J’ai des envies urgentes et n’arrive pas à temps aux toilettes.
  • J’ai des fuites lors d’exercices.

 

En cas de doute, vraiment, n’hésitez pas à aller consulter un médecin.

Accepter le problème, en parler, comprendre la situation et les enjeux vous permettront de dédramatiser la situation et de commencer à la maîtriser. Vous êtes parvenu jusqu’à la fin de cet article ? C’est que vous avez déjà pris votre souci de vessie à bras-le corps.

Partagez

Lire aussi