Tous les articles

Mieux gérer la fréquence de mes mictions

Le 18/03/2019
DFree - Mieux gérer la fréquence de mes mictions

Avant l’incontinence, votre vie avait de la cadence. Toutes vos journées étaient bien remplies par vos activités. Jusqu’au jour où elles ont cessé de l’être, parce que votre besoin d’uriner est devenue plus impérieux. Depuis l’apparition de vos troubles de la miction, vos sorties se sont limitées. L’enceinte fermée de votre maison a retrouvé de nouveaux charmes. Et dire de votre vie d’avant qu’elle vous manque relève un peu de la tautologie. Alors comment reprendre une fréquence normale de miction quand on l’a perdue, depuis que Madame Incontinence a fait des siennes ? Et à quelle fréquence faire pipi ?

Des mictions plus fréquentes

Auparavant, votre fréquence urinaire était normale. Quand on urine 4 à 6 fois par jour, et 1 fois par nuit, il n’y a pas vraiment de quoi se poser de questions. C’est quand votre besoin d’uriner est devenu plus fréquent ou plus impérieux, que vous avez soupçonné des troubles de la miction. Désormais, vous vous levez plus de deux fois durant la nuit pour faire pipi. Une dizaine de fois par jour. Il arrive aussi que vos mictions deviennent plus urgentes. C’est ce qu’on appelle la pollakiurie. Ou bien vous ne parvenez pas à tout évacuer. Ça c’est la dysurie. Surtout, votre vessie s’est mise à vous obséder au quotidien.

Soyons francs, perdre votre rythme normal de miction vous a fait perdre vos repères. Comment connaître le moment opportun pour sortir quand tous les signaux sont en panne ? Votre cercle social s’est réduit et vos activités sont en perte de vitesse. De peur qu’un incident malheureux vienne tout gâcher. Car, uriner toutes les deux heures, c’est se risquer dehors aux fuites urinaires.

Retrouver un rythme normal de miction

Pour votre qualité de vie, stabiliser la fréquence de vos mictions est donc primordial. Comme évoqué dans l’article précédent (« Madame Incontinence, je vous ai comprise » : à lire ici ), la première étape est de comprendre votre situation grâce à un journal de bord mictionnel puis d’aller consulter un urologue.

Puis, il faudra apprendre à stabiliser votre vessie. Il y a peu, nous avons rencontré le cas d’un patient qui après un traitement, était devenu obsédé par l’incontinence. Il ressentait un besoin fréquent d’uriner et se rendait aux toilettes toutes 30 minutes. Il limitait ses activités. Quand nous l’avons rencontré à l’EHPAD, il comprit après l’utilisation d’un DFree, qu’il avait la capacité de garder et d’évacuer plus d’urine. Il prit alors la décision de rééduquer sa vessie. Son rythme mictionnel se stabilisa toutes les 2,5 heures. Par la même occasion, il décida de ne plus porter de protections.

Quelques pistes pour stabiliser votre rythme mictionnel :

1) La première étape consiste à évacuer aux toilettes le plus d’urine possible. Un conseil : penchez-vous vers l’avant et appuyez doucement du bout des doigts sur le bas-ventre.
2) Ensuite, tâchez de retenir plus longtemps vos urines. Pour cela :

  • Faites une pause et asseyez-vous.
  • Respirez profondément.
  • Contractez votre plancher pelvien 8 à 10 fois puis maintenez-le pendant 8 à 10 secondes.
  • Pensez à autre chose et attendez que l’envie pressante passe.

3) Toutefois, ne pratiquez pas la politique du stop-pipi. Garder trop longtemps vos urines est responsable d’infection urinaire. Commencez par pratiquer cette technique jusqu’à 5 minutes par jour.

Nota Bene : L’effectivité de cette méthode dépend de la situation d’incontinence de chaque personne concernée. N’hésitez pas à parler de votre situation à un professionnel de santé.

L’incontinence urinaire s’invite comme un grain de sable dans la mécanique bien huilée de la vie. Des mictions plus fréquentes poussent souvent à changer radicalement de rythme de vie. Et vous retranchent à domicile dans vos activités. Pourtant, reprendre une fréquence urinaire normale est envisageable et reste la condition sine qua non d’une vie… justement plus facile à vivre.

Partagez